Marguerite et les dragons

Publié: mai 11, 2010 dans Couleur Femme, La Forge

Dans la série  ‘Vous n’y étiez pas ? Dommage !’  3

Inauguration du dragon à la Forge.

Ce dimanche 9 mai 2010, un public d’enfants et d’adultes s’est assis sur l’herbe  pour écouter trois contes populaires chinois dont Marguerite Protopopova a réservé la primeur à La Forge, en l’honneur de la dernière création de Florence Marie, un imposant dragon creux de béton et de zinc aux écailles de miroir. Allumé depuis six heures du matin, son four dégageait dans le dos de la conteuse une chaleur bienvenue dans la fraîcheur d’un temps incertain. Un chant d’oiseau et le ruissellement continu de la fontaine au fond de la galerie souterraine venaient en contrepoint de la voix grave et douce de Marguerite.

A travers trois contes extrême-orientaux, elle a présenté sous un jour différent de nos contes occidentaux la personnalité et la signification symbolique du dragon. Ceux-ci font encore partie intégrante de la culture chinoise. Ce sont des dragons tutélaires, concernés par les affaires humaines. Il y a tout à craindre quand ils s’en désintéressent car ce sont les déités intermédiaires entre l’homme et la nature. Ils commandent aux différentes forces élémentales : eau, terre, feu, air. Ils président l’action des nuages, du vent, des éclairs, du tonnerre, de la pluie, des fleuves, des mers, des montagnes, des volcans, des forêts. Comme en Occident, ils aiment à amasser les pierres précieuses.

Premier conte : un jeune dragon doré brave les interdits et l’inertie égoïste des vieux dieux dragons pour ramener une pluie bienfaisante et chasser la famine qui accable le peuple. Deuxième conte : un jeune homme se met en quête du savoir qui réparera le ciel, déchiré par deux dragons inconséquents. Dernier conte : un garçon défend l’empire de Chine contre les abus d’un dragon rouge avant de découvrir qu’il est lui-même un dragon. Il choisit la condition humaine mais il conserve les attributs des dragons. Face aux faiblesses des puissants et des humbles, qu’il soit humain ou dragon, les héros font preuve des mêmes qualités : courage, humilité, respect d’autrui et obstination dans la quête. Et ils reçoivent tous le prix de leur peine : la justice, la paix, l’amour, la sagesse et l’estime de leurs semblables. Et, en prime, la beauté de la Terre et des étoiles.

Comme à l’accoutumée, une collation offerte par une donatrice attentionnée a régalé les quelques auditeurs restant. La libation faite au dragon –une bouteille de vin- a été bue en son honneur.

La première cuisson n’est pas très probante mais nous avons affaire à un dragon débutant à la flamme un peu trop dévorante. Il ne peut que progresser, guidé par des potiers bienveillants. Un nouveau champ d’expérimentation, vieux comme la civilisation, s’ouvre à La Forge : l’art de la terre cuite.

FEM, mai 2010

Publicités
commentaires
  1. J’aime cette façon simple et généreuse que Marguerite a de nous emporter sur les ailes des dragons ou autres créatures.
    J’aime l’ambiance merveilleuse de la Forge , le regard , l’oreille et les mains de Florence.
    J’aime le patchwork des genres qui cohabitent ici. Et dimanche, près du Dragon, j’étais un peu chez moi… sans chercher à comprendre pourquoi, simplement bien. L’odeur du Lotus, parfum des moustaches de Dragon, certainement.
    Vanessa.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s