Les deux loups!

Publié: octobre 14, 2010 dans Nos lectures, Voyages
Tags:

Vous le savez certainement… L’heure est aux contes aux Z’Ateliers!

Les Z’Ateliers adultes du samedi se poursuivent jusqu’au 16 octobre. Marguerite nous a embarqués dans l’art de conter. On voyage assis les uns à côté des autres, on se tient chaud dans la petite salle de l’heure du conte, on se fait rêver. Une bien belle aventure!  Une session de perfectionnement sera programmée en 2011. Merci Marguerite de nous communiquer ta passion, et merci à Aurélie,  Cécile , Cindy, de la médiathèque, et Catherine, Patrice et Valérie  des Z’Ateliers de s’enthousiamer avec nous pour cette aventure!

Et pour tenir jusqu’à samedi… Voici pour vous un conte court et anonyme, d’origine amérindienne. On le reconnait à la sagesse qui s’en dégage. Je nourris une tendresse toute particulière pour les contes amérindiens… Allez savoir pourquoi.

Vanessa S. C.


Un homme âgé dit à son petit-fils, venu le voir très en colère contre un ami qui s’était montré injuste envers lui : « Laisse-moi te raconter une histoire…  

 

Totem - Tadoussac / Québec 2010

 

… Il m’arrive aussi, parfois, de ressentir de la haine contre ceux qui se conduisent mal et n’en éprouvent aucun regret. Mais la haine t’épuise, et ne blesse pas ton ennemi. C’est comme avaler du poison et désirer que ton ennemi en meure. J’ai souvent combattu ces sentiments »

Il continua : » C’est comme si j’avais deux loups à l’intérieur de moi; le premier est bon et ne me fait aucun tort. Il vit en harmonie avec tout ce qui l’entoure et ne s’offense pas lorsqu’il n’y a pas lieu de s’offenser. Il combat uniquement lorsque c’est juste de le faire, et il le fait de manière juste. Mais l’autre loup, ahhhh…! Il est plein de colère. La plus petite chose le précipite dans des accès de rage.

Il se bat contre n’importe qui, tout le temps, sans raison. Il n’est pas capable de penser parce que sa colère et sa haine sont immenses. Il est désespérément en colère, et pourtant sa colère ne change rien. Il est parfois si difficile de vivre avec ces deux loups à l’intérieur de moi, parce que tous deux veulent dominer mon esprit. »

Le garçon regarda attentivement son grand-père dans les yeux et demanda :

 » Lequel des deux loups l’emporte, grand-père ? »

Le grand-père sourit et répondit doucement : « Celui que je nourris. »

Une fable amérindienne que l’on raconte le soir autour du Feu Sacré.
Lu sur http://www.funfou.com/fables/loups.phtml

Auteur inconnu


Publicités
commentaires
  1. Marilyne dit :

    Tellement vrai…Conte enrichissant, merci à l’auteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s