Archives de la catégorie ‘La Forge’

Et la vieille chaise devint…

Publié: mai 24, 2011 dans Ecritures, La Forge

Stage d’été à la FORGE: Ecriture et mosaïque

 Redonner vie aux objets, les détourner, les transformer. 

Modeler sa chaise, lui offrir une autre vie, une autre histoire, des couleurs pour chaque humeur…

Ecrire en mosaïque.

QUAND? Du lundi 4 au vendredi 8 juillet 2011, de 10 à 13h :

QUI? Enfants à partir de 8  ans et adolescents.

OU? A La Forge, 25 rue de la Foulerie, Honfleur.

COMBIEN?  50 €, matériel fourni. (Chaise, colle, mosaïque)

Exposition et lectures publiques à la fin du stage.

INSCRIPTIONS: tetedebois@ymail.com   06.71.57.92.14. Attention: Stage limité à 10 places!

Animation des Z’Ateliers d’écriture : Vanessa Simon Catelin, enseignante, auteur jeunesse. «  Tous capables ! » Ecrire, c’est  jouer, se fixer des règles et les détourner.  Ecrire, c’est   faire venir à soi tous les mots et n’en retenir qu’un. Ecrire, c’est partir à l’aventure, apprendre à lire le monde autrement…

Animation des Z’Ateliers Mosaïque : Florence Marie, artiste plasticienne. Voilà l’occasion de s’immerger dans l’univers de la Forge, où chaque parcelle de mur raconte une histoire d’animaux, de diables, de gorgones, de roi, de reine… Ici, les  objets délaissés  se mettent à revivre…

Publicités

ARCIMBOLDI à la Forge

Publié: mai 22, 2011 dans La Forge

 Le Trio Arcimboldi est né d’une rencontre autour du Tango… 

Les musiciens, Corinne Spatz pianiste, Reine Collet violoniste et Sylvain Leblond violoncelliste, ayant reçu tous les trois une formation classique, ont eu envie de poursuivre cette expérience en construisant ensemble un programme de Musique de Chambre qui aborde à la fois des œuvres classiques et un répertoire plus élargi.

Ils se produisent Samedi 28 mai à 20h00 à La Forge sous la forme cette fois d’un quintet  accompagné d’Anneline Piriou-Leblond à l’alto et de Marie-Mélanie Pavie au chant, autour d’oeuvres de Francis PoulencMaurice RavelAlbert Roussel et Darius Milhaud.

Nous vous espérons nombreux !

LA FORGE – 25 rue de la Foulerie – 14600 Honfleur
Entrée 15€ – Réservation conseillée au 02 31 89 49 39 ou au 02 31 89 23 30 (Office du tourisme d’Honfleur)

Un clic ici pour en savoir plus sur  les musiciens: http://www.trioarcimboldi.com/?PHPSESSID=9d010c1587984f0ae380ea22df9caf94

Expo d’automne

Publié: novembre 15, 2010 dans Couleur Femme, La Forge
Florence Marie exposera une trentaine d’oeuvres du 22 novembre au 30 décembre à la Maison des Jeunes et de la Culture de Dieppe: peintures, sculptures et encres.
MJC
8 rue du 19 août 1942
76200 Dieppe
Tél : 02 35 84 16 92

Solitude

Publié: octobre 24, 2010 dans Ecritures, La Forge
Tags:, ,

Une soirée cinéma et Cabaret Jazz à Honfleur? Laissez vous tenter…

Une fois de plus, la Forge ouvre ses portes à la création: un film d’Emmanuel Broche sera projeté,  sur fond de musique Jazz vivante.

Visionner la bande annonce du film ici : http://www.youtube.com/watch?v=Zf9unbhO1F8

Sans avoir vu le film, à la lecture de cette bande annonce, nous en aimons l’ambiance, le style, et aux Z’Ateliers, l’idée du mélange des genres n’en finit pas de nous séduire…

Et la Forge reste définitivement le lieu des découvertes, non? Alors rendez-vous le samedi 30 octobre à 19h30 à la Forge, rue de la Foulerie à Honfleur.

Pour voir l’affiche, cliquer ici: Soirée à la forge Il est indispensable de réserver au 02 32 42 12 63 .

Pour plus de renseignements, contacter :

Sabrina LEROYER
Direction de Production événementielle
Tél : +33 (0)2 32 42 12 63
Mob : +33 (0)6 22 62 76 79

Virginia Woolf

Publié: juin 18, 2010 dans Couleur Femme, La Forge
Tags:,

LA FORGE présente une lecture-spectale autour de l’oeuvre autobiographique de Virginia Woolf, par Jany Gastaldi. Samedi 19 juin à 21 heures.

Virginia Woolf

« Chacun de nous a son passé renfermé en lui comme les pages d’un vieux livre qu’il connaît par cœur, mais dont ses amis pourront seulement lire le titre »

Virginia Woolf

A travers les extraits de deux textes: « Instants de vie » et « La fascination de l’étang », La voix de Jany Gastaldi évoque Virginia Woolf. Nous découvrons Virginia telle qu’elle s’offre elle-même, par son récit de l’enfance, captée dans ce qu’elle a de plus indiscible.

Florence Marie a choisi une comédienne dont la carrière exemplaire, marquée par des rencontres avec les plus grands metteurs en scène, n’exclut pas le risque d’une aventure singulière: lire Virginia Woolf dans un atelier de peinture.

Elements biographiques (Source: http://www.evene.fr)

Virginia Stephen a grandi dans une famille recomposée dont le père, à la personnalité fantasque mais illustre, sera longtemps le modèle. Elevée dans une atmosphère très cultivée, Virginia développe très tôt une personnalité angoissée avant même que la mort prématurée de sa mère ne l’entraîne sur la pente de la dépression.. Avec ses frères et sa soeur, elle fréquente rapidement les milieux artistiques, et à la mort de son père, son rythme créatif s’accélère. Elle est ‘auteur de romans, comme « Mrs Dalloway »‘ ou « La chambre de Jacob » qui, en rupture avec les règles classiques littéraires, se veulent des tableaux « impressionnistes »‘ des méandres de l’âme. Elle a aussi, grâce au soutien permanent de son mari, Léonard Woolf , édité de grands auteurs étrangers, comme Fiodor Dostoïevski ou Freud. Mais sa souffrance psychique est trop forte, Virginia Woolf se suicide en 1941.

TOHU-BOHU autour d’UBU!

Publié: mai 31, 2010 dans La Forge

Le 3ème atelier de Danse-théâtre se déroule à la Forge du 1er au 6 juin 2010, sous la direction du chorégraphe Giuseppe STELLA, avec ses danseurs-stagiaires.

Comme les années précédentes, il se termine par un spectacle, « Tohu-Bohu », conçu par Florence Marie, à partir du personnage mythique d’Alfred Jarry, Ubu Roi.



Dans le jardin de la Forge, un royaume imaginaire: salle du trône, salle du banquet, catacombes…

La scène commence derrière le mur rouge d’un théâtre idéal, où figurent en permanence le Roi et la Reine, en costume de mosaïque blanche. « Tout se passe comme si » les statues s’animaient… Florence Marie décrit, dans un style burlesque, des souverains au bord de l’abîme, qui sortant de leur cadre et de leur fonction, explosent, racontent, dansent et hurlent, à la face de leurs ambassadeurs effarés, un texte de cauchemar.

Cette »clownerie tragique » est en correspondance avec « l’esprit de métamorphose » qui anime la Forge. Le chorégraphe parle, la comédienne danse, la peintre écrit, le régisseur apparaît et disparaît, tantôt majordome, tantôt prétendant au trône.

Et le choeur des ambassadeurs

Venus du Pays d’Auge et d’ailleurs,

Va et vient dans ce Tohu-Bohu

Autour du personnage d’Ubu…


Marguerite et les dragons

Publié: mai 11, 2010 dans Couleur Femme, La Forge

Dans la série  ‘Vous n’y étiez pas ? Dommage !’  3

Inauguration du dragon à la Forge.

Ce dimanche 9 mai 2010, un public d’enfants et d’adultes s’est assis sur l’herbe  pour écouter trois contes populaires chinois dont Marguerite Protopopova a réservé la primeur à La Forge, en l’honneur de la dernière création de Florence Marie, un imposant dragon creux de béton et de zinc aux écailles de miroir. Allumé depuis six heures du matin, son four dégageait dans le dos de la conteuse une chaleur bienvenue dans la fraîcheur d’un temps incertain. Un chant d’oiseau et le ruissellement continu de la fontaine au fond de la galerie souterraine venaient en contrepoint de la voix grave et douce de Marguerite.

A travers trois contes extrême-orientaux, elle a présenté sous un jour différent de nos contes occidentaux la personnalité et la signification symbolique du dragon. Ceux-ci font encore partie intégrante de la culture chinoise. Ce sont des dragons tutélaires, concernés par les affaires humaines. Il y a tout à craindre quand ils s’en désintéressent car ce sont les déités intermédiaires entre l’homme et la nature. Ils commandent aux différentes forces élémentales : eau, terre, feu, air. Ils président l’action des nuages, du vent, des éclairs, du tonnerre, de la pluie, des fleuves, des mers, des montagnes, des volcans, des forêts. Comme en Occident, ils aiment à amasser les pierres précieuses.

Premier conte : un jeune dragon doré brave les interdits et l’inertie égoïste des vieux dieux dragons pour ramener une pluie bienfaisante et chasser la famine qui accable le peuple. Deuxième conte : un jeune homme se met en quête du savoir qui réparera le ciel, déchiré par deux dragons inconséquents. Dernier conte : un garçon défend l’empire de Chine contre les abus d’un dragon rouge avant de découvrir qu’il est lui-même un dragon. Il choisit la condition humaine mais il conserve les attributs des dragons. Face aux faiblesses des puissants et des humbles, qu’il soit humain ou dragon, les héros font preuve des mêmes qualités : courage, humilité, respect d’autrui et obstination dans la quête. Et ils reçoivent tous le prix de leur peine : la justice, la paix, l’amour, la sagesse et l’estime de leurs semblables. Et, en prime, la beauté de la Terre et des étoiles.

Comme à l’accoutumée, une collation offerte par une donatrice attentionnée a régalé les quelques auditeurs restant. La libation faite au dragon –une bouteille de vin- a été bue en son honneur.

La première cuisson n’est pas très probante mais nous avons affaire à un dragon débutant à la flamme un peu trop dévorante. Il ne peut que progresser, guidé par des potiers bienveillants. Un nouveau champ d’expérimentation, vieux comme la civilisation, s’ouvre à La Forge : l’art de la terre cuite.

FEM, mai 2010